Mary Ann Penashue - Artiste innue de Sheshatshiu, au Labrador


Je m'appelle Mary Ann Penashue. Je suis mariée, j'ai quatre enfants et un petit-enfant. Je vis à Sheshatshiu, au Labrador. Je suis née quelque part au bord de la Mishta-shipu (rivière Churchill) en 1964, et j'ai passé une grande partie de ma jeunesse à Mud Lake, près de Goose Bay. J'ai été élevée par mes grands-parents, Michel et Mary Pasteen. Pendant les mois d'automne, mes grands-parents et moi vivions dans l'arrière-pays, où nous chassions, pêchions et trappions.

J'ai commencé à dessiner très jeune. J'ai toujours aimé regarder différents types de peintures. L'art des autres me donnait des idées pour mes propres oeuvres. Si je voyais une oeuvre d'art qui me plaisait, j'en discutais avec une autre personne également intéressée par l'art.

J'ai commencé à peindre en 1995, alors que j'étais dans la trentaine. J'ai commencé à peindre des visages à l'huile sur toile à cause du défi que cela représentait. Mon mari et moi avons eu à l'époque notre quatrième enfant, mais j'ai continué à peindre malgré la responsabilité de l'éducation d'une famille. Avec les années, mes enfants ont grandi et je me suis améliorée en peinture. J'ai eu de temps à autre des emplois rémunérés mais ils ne m'ont jamais satisfaite. J'aime peindre. C'est dans ma nature.

Beaucoup de mes peintures représentent nos aînés qui vivent encore ou sont décédés. J'aime les peindre, ainsi que les enfants, parce qu'ils m'apportent la paix de l'âme et que je suis fière de ces peintures. En plus, les peintures procurent de la joie à nos familles. Je peins avec beaucoup de passion, mais j'ai toujours de la difficulté à me séparer de mes oeuvres.

Mes peintures portent aussi sur notre vie dans le territoire, là où mon peuple peut mener une vie saine, physiquement et mentalement, sans avoir de soucis, simplement en se sentant libre et plein d'énergie pour travailler.

La peinture que j'ai faite pour le site Web sur le patrimoine innu représente une famille partie dans l'arrière-pays pour chasser et vivre librement. Ici, vous voyez un aîné qui fabrique des cadres de raquette pour l'hiver. Le petit-fils aime aider son grand-père et apprendre de lui. La grand-mère a une pipe dans la bouche et attend que le contenu de sa marmite se mette à bouillir. Il y a deux lapins dans la marmite. La fille fait la lessive. Elle est heureuse de camper au bord du lac. Le gendre est parti chercher du gibier parce que tout le monde est occupé au camp. Il pense que, avec un peu de chance, il verra peut-être des animaux. Tout le monde est si tranquille que le caribou marche en direction du camp. Il n'entend aucun son. Le gendre a son arc et ses flèches. Il vise le caribou et le tue. La femme âgée est contente parce qu'elle a besoin de la peau du caribou pour lacer les raquettes de sa famille.

 Haut de la page Précédente